Gestion des pannes Ordinateur

Qu’y a-t-il plus pénible qu’un PC qui n’avance plus  ou qui plante, ou qui ne démarre plus ?

Voici quelques conseils  pratiques pour le dépannage, les bons outils, les bonnes astuces pour vous en sortir.

 

Pour vos PC, découvrez les techniques pour dépanner un ordi, quel que soit le problème.

Les ennuis commencent parfois avant même d’avoir le moindre affichage. Que doit-on faire quand on appuie sur le bouton de démarrage, que les ventilateurs tournent une

seconde puis s’arrêtent, sans rien de plus ?

Et même si  l’écran s’allume, comment s’en sortir si l’on ne parvient pas à rentrer dans le BIOS avec son clavier USB ? Pourquoi  tous les cœurs du CPU ne sont pas présents ? Que faire lorsque

Windows refuse de démarrer  jusqu’au bout ? Et même si vous

parvenez à démarrer le système d’exploitation sans encombre, ce n’est que le début de la des soucis! Armé des bons conseils et logiciels, partez à  la chasse aux pannes, aux plantages d’applications et autres écrans bleus.

Tous les défauts de comportement du matériel  PC sont analysés, du BIOS mal configure au disque dur USB qui se coupe, en passant par le CPU qui plante ou la carte graphique qui ne fonctionne pas Les ordinateurs portables ne sont pas oubliés, en plus des problèmes communs aux PC desktop

qu’ils peuvent rencontrer, une catégorie spéciale leur sera  consacrée.

 

Composants de réserve

 

Rien de tel qu’un autre PC ou des composants de réserve à proximité pour faciliter le diagnostic. Non seulement vous pourrez y prélever un composant pour vérifier si l’Unité Centrale en panne fonctionne avec  et, dans un second temps, vous pourrez contrôler si le périphérique  suspect est effectivement en panne avant de renvoyer le PC en garantie (Attention, certains PC ont des scellés de garantie. Si vous les ouvrez, vous perdez la garantie).

Tous les PC sont en DDR3 depuis environ 3 an, tous utilisent une carte graphique sur bus PCI-Express,

Seul le processeur n’est pas toujours interchangeable, même s’il semble partager le même socket

(A vérifier sur le site Internet du constructeur de la carte mère).

Quant à l’échange de disques dur SSD/HDD, c’est techniquement possible sauf si vous voulez utiliser un disque de plus de 2,2 Téra Octet  sur one vielle carte mère (d’avant 2011, la majorité des cartes sont  incompatibles avec les gros disques ,elles ne peuvent pas

démarrer sur une partition occupant tout l’espace disque).

Faites néanmoins attention é ne pas effacer de précieuses données dans 1a précipitation !

Certains disques sont vendus avec un programme permettant au système d’exploitation de reconnaitre ces grands disques.

 

BIOS ET FIRMWARE

 

Bien que les conflits hardwares pour l’attribution des ressources n’existent plus comme au siècle

dernier, des matériels bogués sortent toujours et, parfois, c‘est l’ajout d’un tiers composant ou logiciel qui va révéler ce bogue,  alors que tout fonctionnait depuis des mois. Nous pensons, par exemple, à une souris qui ne fonctionne plus dans un BIOS UEFI.

En général, quel que soit le composant, vous lirez comme première recommandation de mettre à jour les pilotes. Mais lorsque c’est déjà fait, ou qu’il s‘agit d‘un problème  pre-OS

Comme l’exemple de la souris, c’est du cote du BlOS ou du firmware qu’il faut s’orienter. Il n‘est pas

impossible que le constructeur de votre carte mère ait sorti un BIOS plus récent qui améliore la compatibilité de la dite carte avec certaines souris, ou plus de mémoire, ou encore les nouveaux processeurs. Parfois, c’est la régulation de la ventilation qui ne fonctionne pas, c’est généralement corrigé par un BIOS à jour. Avec les systèmes modernes

qui se font soit sous Windows, soit dans le BIOS via une belle interface graphique conçue sur mesure, il devient difficile de se tromper !

Néanmoins, la mise à jour d’un Bios/firmware n’étant pas sans risques (une coupure de courant

en plein milieu, un fichier BIOS/ firmware mal choisi et le composant devient inutilisable l), mieux

vaut s’abstenir  tant que tout va bien (Certaine carte mère possède néanmoins un double Bios qui permet en cas de crash lors d’une mise à jour, de restaurer celui-ci).

Vous n’êtes pas à l’abri d’anomalies étonnantes, comme

le firmware  Crucial M4 OOOF qui a été mis à jour en 010G, soi-disant plus performant sous Windows8 depuis, des écrans bleus à longueur de journée, au point d’envoyer le M4 en

garantie.

Le firmware 010G n’est cependant pas à bannir, les

autres acheteurs n’ayant pas eu ce problème a en croire les témoignages, mais ça illustre pour les

plus prudents qu’il vaut mieux s‘abstenir de mettre à niveau sans raison.

En résumé, nous recommandons la mise é jour de BIOS lorsque des problèmes sont identifiés (et/ou

un fichier sorti pour y remédier), mais autant éviter le s’en créer de nouveaux si tout va bien.

 

Ne pas hésiter à Reformater.

 

A l‘heure du SSD, des clés USB bootables (démarrable)  et des fichiers synchronisés en ligne, formater un PC ne demande qu’une à deux heures, rarement plus.

La majorité du temps, en cas de pépin, on s’acharne à vouloir réparer é tout prix son système pour ne pas perdre de données.

C’est une démarche globalement légitime, c’est bien pourquoi

je consacre l’article à ce sujet, mais il ne faut pas non plus tomber dans le piège de la réparation à tout prix ! En effet, passé quelques heures de recherche, il s’avère généralement plus rapide et moins couteux de réinstaller un système d’exploitation neuf, à moins d’avoir une multitude de jeux installés ou une personnalisation graphique compliquée. C’est d‘autant plus vrai en ces temps de SSD

et de clés USB ou l’installation d’un Windows ne dure même plus 20 min et ou de plus en plus de paramètres /fichiers  sont  synchronisés en ligne l

Même les jeux deviennent de plus en plus simples à remettre en place quand il suffit de faire un clic droit, puis Installer sur Steam, les jeux les mieux côtés retrouvant même leurs sauvegardes en ligne. Bref, si vous constatez que vous ne parvenez pas à vous y retrouver avec  votre panne, n’attendez

pas une semaine pour décider de finalement formater ! Par exemple, suite au remplacement d’une carte graphique vous n’avez plus le moindre affichage (écran noir) cela arrive souvent sous Windows. Windows 8 n’ayant plus de mode sans échec comme ses prédécesseurs, il est impossible de s’en sortir, à moins de réinstaller la n\/idia ou de mettre une deuxième carte qui sera installée par défault.

Il faut compter environ 3 Heures pour réinstaller un système complet.

Bien que Windows soit beaucoup plus tolérant qu’autrefois, lorsque vous réinstallez un PC,

prenez soin do rebooter de temps en temps votre pc,  en particulier si un installateur vous invite à le faire.

(Cela évite que certains Fichiers système communs à plusieurs logiciels) qu’il vient d’installer puissent être remplacés par ceux d’un autre programme, potentiellement plus âgé ou incompatible. De plus, limiter les installations entre chaque reboot permet de plus facilement isoler le problème si rien

ne va plus au démarrage. Par exemple, si le PC se met à planter, il est plus facile de savoir où s’orienter si vous n’avez rien fait d’autre qu’installer une nouvelle version du pilote graphique

plutôt que plusieurs  pilotes ou logiciels d’un coup !

Dans ce cas la machine risque de devenir instable.

 

Le PC ne démarre pas

Problème principal, l’ordinateur ne démarre pas.

Pas d’affichage, pas de BIOS, pas de possibilité de lancer le moindre logiciel, on travaille à l’aveuglette.

Il faut apprendre à diagnostiquer un problème sans lancer la moindre analyse, simplement en modifiant la configuration et en observant les conséquences.

Apres avoir appuyé sur le bouton de démarrage, rien ne se passe, rien ne s’allume, rien ne tourne, comme si le PC était hors tension.

Du mauvais branchement au composant défectueux, les raisons sont multiples et souvent très simples.

Quand il n’y a strictement aucune réaction, il s’agit bien souvent d’un problème de mauvais branchement de câbles. Il peut s’agir de l’alimentation qui ne serait pas reliée au secteur (câble mal branché, endommagé, multiprise éteinte ou défectueuse) ou du connecteur ATX 24 pins de la carte mère  qui n’est pas tout à fait bien enfoncé, cela peut être les connecteurs  de l’alimentation pour les modèles modulaires. Les autres câbles de l’alimentation même s’ils sont mal branchés n’empêcheront pas le PC de réagir à la mise sous tension, mais le démarrage sera interrompu à un moment ou un autre.

Il peut aussi s’agir d’un problème du bouton de démarrage. Le bouton en lui-même ne peut pas vraiment être endommagé, mais les deux fils qui le relient à la carte mère peuvent être légèrement dessoudés ou alors le connecteur au bout de ces fils peut être mal enfoncé.

Il arrive que ce dernier soit enfoncé sur les mauvais pins du connecteur de la carte mère, l’emplacement de ceux-ci change selon chaque constructeur (se référer au manuel d’utilisation de la carte mère). En revanche, si vous êtes certain d’avoir localisé les deux pins, le sens du branchement ne compte pas (il n’y a pas de polarité).

Si tous ces problèmes ont été écartés, c’est que le défaut est matériel et plutôt grave. En dehors du cas ou le CPU serait mal enfiché dans son socket ou carrément absent ou l’une ou l’autre pin pliée, une alimentation ou une carte mère endommagée sont souvent en cause. II faut alors se reporter à notre page sur l’identification des composants défectueux. En revanche, la mémoire, la carte graphique ou tout autre composant ne sera pas en cause, ceux-ci  n’empêcheront pas le PC de démarrer, au moins de façon éphémère.

Les ventilateurs démarres et puis le PC s’éteint.

La machine semble se lancer normalement, mais s’arrête tout d’un coup sans raison apparente.

Cela peut être dû à un problème d’overclocking, à un composant défectueux, mal reconnu ou fonctionnant mal.

Lorsque le PC semble démarrer mais qu’il s’arrête brusquement, les raisons sont nombreuses.

Pour commencer, il peut s’agir d’une simple vérification du BIOS après laquelle  le PC est censé démarrer normalement. Cette vérification est parfaitement normale, mais elle peut échouer à cause d‘un overclocking trop poussé. Il est donc conseillé de restaurer les paramètres d’origine du BIOS.

L’alimentation peut aussi être responsable. Soit parce qu‘elle est défectueuse, soit parce qu’elle n’est pas assez puissante. Concernant ce dernier scénario, le PC demande une certaine pointe de courant lorsqu‘il démarre et bien qu’elle soit élevée, elle est rarement si élevée qu‘une alimentation ne peut le fournir, mais la répartition de la puissance sur plusieurs rails peut quand même poser des problèmes, surtout dans le cas de configurations haut de gamme à base de plusieurs cartes graphiques  ou de nombreux disques durs. Le même phénomène de démarrage interrompu se produit aussi lorsque l’alimentation se met en sécurité quand il s’agit d’un modèle peu fiable ou qui chauffe trop ( Celle-ci est protégée en température.

Le CPU peut aussi être responsable. Dans de rares cas, il s’agit d’un CPU défectueux, mais il se peut aussi qu’il ne soit tout simplement pas reconnu. Par exemple, si vous changez de CPU sur une carte mère Intel série 6 (H61, H67, P67, Z68) pour passer d’un modèle Sandy Bridge (i3/i5/i7-2000) à Ivy

Bridge (i3/i5/i7-3000), il faudra probablement mettre à jour le BIOS, sous peine de rencontrer ce type de symptôme.

Enfin, il s’agit peut-être d’une mise en sécurité déclenchée par la carte mère. Si celle-ci détecte un problème qui pourrait être fatal au matériel, elle stoppe la chaine de démarrage.

Une température CPU ou GPU qui est trop élevée peut être responsable, mais ce n‘est pas valable si vous rencontrez ce symptôme dès  le premier démarrage, sauf à tenter de démarrer  sans ventilateur sur le Processeur. Il peut en revanche s’agir d’une partie métallique en contact quelque part, qu’il s’agisse d’une vis de boitier qui traine, d’une entretoise qui touche les pistes de la carte mère, un fil coincé entre le châssis et un autre composant  ou carrément d‘une fuite de watercooling.

 

Le PC démarre mais il n’y a pas d’affichage

 

Les ventilateurs tournent, les diodes leds  s’allument, le PC sembledémarrer mais l’écran reste

noir. Pourtant, la séquence de démarrage  semble progresser. Du simple écran mal branché a

une carte graphique  qui ne démarre plus, les événements précèdent le problème sont déterminants.

 

Un écran qui reste noir peut tout simplement être dû à un mauvais branchement des câbles de celui-ci, inutile de chercher plus loin au début.  Et si le problème du mauvais branchement parait un peu simpliste, assurez-vous tout de même que la bonne entrée vidéo est sélectionnée sur votre moniteur (faites simplement défiler les entrées possibles, il y a souvent un bouton prévu a cet effet sur votre moniteur).

Si vous avez procède a un overclocking, il se peut que la séquence de démarrage  ne puisse pas

parvenir jusqu’à Initialisation de l’affichage, l’ordinateur tournant alors dans le vide.

Restaurez donc les paramètres d’origine et ce, même si vous n‘avez overclocke que la mémoire ou le processeur.

 

PEUT ETRE S’AGIT-IL DE LA CARTE GRAPHIQUE

 

Des que ces pistes sont éliminées, ce sera la partie graphique du PC qu’il faudra mettre en cause. Dans les PC avec une carte graphique (que celle-ci soit utilisée ou non), il faut s’assurer que le bon matériel  est relie à l’écran et configuré comme tel.  Si c’est la carte graphique qui se charge de l’affichage, l’écran doit y être branche, tandis qu’il faut régler le BIOS afin que les périphériques

PCI-E externes se chargent de l’affichage, déconnectant en quelque sorte le rendu d’affichage de

la carte vidéo intégrée à la carte mère.

A l’inverse, si c’est la carte intégrée  qui doit être utilise, il faut brancher l’écran a la carte mère et régler le BIOS en conséquence.  Bien que le problème ait tendance à disparaitre, il arrive que la carte mère n’arrive pas d‘elle-même à détecter quel matériel se charge de l’affichage, il faut donc démarrer sur l’autre matériel (sur la carte graphique interne si vous souhaitez utiliser la carte externe ou réciproquement) afin de déclarer au BIOS lequel des deux vous souhaitez utiliser. Il suffira  ensuite de rétablir les branchements pour que tout rentre dans l‘ordre. Il  faudra  toutefois s’assurer que la plateforme utilise bien une carte interne, certains composants en étant dépourvus malgré la présence de sorties vidéo sur les cartes mères. C’était le cas de la plateforme 1156 dont seuls les processeurs dual core incorporaient une carte graphique interne les quad core en étant dépourvus. De la même façon, sur les plateformes FM1 et FM2 d‘AMD, les Athlon n’intègrent pas de carte vidéo internes,  il faudra donc obligatoirement passer par une carte graphique dédiée.

 

 

…  OU LA CARTE GRAPHIQUE EXTERNE

 

S’il n’v a pas de carte intégrée, seul la carte graphique externe  est à mettre en cause et a moins d’un mauvais branchement (slot PCI-E mal enfoncé, connecteur d’alimentation 6 ou 8 pins mal enfiché),

la carte graphique a un problème. ll peut s’agir d‘un problème de BIOS, mais cela n’est

envisageable que si vous venez de faire une mise à jours de celui-ci, auquel  cas vous devrez restaurer le BIOS d’origine.

C’est complique sans affichage, même en connaissant par cœur la marche à suivre, aussi il est conseillé de procéder en plaçant la carte graphique au sein d’un autre PC. Il suffira de préciser lors de la mise à jour du Bios que vous souhaitez modifier le BIOS de tel périphérique.  Essayez aussi de changer la carte graphique de port PCI-Express, quand bien même les autres ports seraient limites a du 4x, cela permet de valider un problème lié à la carte graphique et non à la carte mère.

Si les problèmes  persistent, il faudra sans doute changer la carte graphique, l’idéal  étant de valider

le diagnostic avec une autre carte graphique {prêtée par un ami ou récupérée d’un autre PC) afin de ne pas en racheter une pour rien.

Si la partie graphique n’est pas en cause, c’est sans doute dut la carte mère,  le CPU

ou la mémoire ne fonctionnent plus correctement.  Si vous avez de quoi les remplacer  un

a un pour isoler la panne, c’est idéal, sinon il faudra tenter de les identifier avec les codes

du démarrage (voir paragraphe suivant).

 

 

Identifier les Bips ou codes de démarrage

 

Lorsqu’un PC initie sa séquence de démarrage, il passe par plusieurs étapes qui sont signalées par

des bips sonores ou des codes à 2 caractères, chaque code peut être déchiffré afin d’identifier le composant qui bloque le démarrage et d’établir un premier diagnostic.

Le PC démarre dans un certain  ordre. En général il vérifie  la présence et le bon état du CPU, de la mémoire,  puis de la carte graphique,  après quoi il charge le BIOS qui va initier les divers contrôleurs

additionnels  (stockage et USB principalement).

Pendant cette phase (découpée en de multiples sous-opérations) appelée

POST ou Power-On Self-Test, la carte mère  va identifier chaque étape  par un code qui lui

est spécifique. Il s’agit de bips successifs et

avec un rythme particulier ou, de plus en plus fréquemment, d’un code a deux caractères affiche sur un petit écran sur la carte mère.

En vous référant au manuel de votre carte mère, vous pourrez trouver la signification de ces codes, chacun identifiant un problème très particulier.

Par exemple, un bip court qui se répète à l‘infini indique souvent un problème de mémoire mal détectée.

Certaines cartes mères  haut de gamme possède un afficheur  plus élaboré, soit sous la forme d’un écran externe affichant un message spécifique  et a peu près compréhensible  tel quel (les premières générations d’Asus ROG}, soit sous la forme de LED correspondant à un composant particulier et qui s‘allument ou pas pour signifier une anomalie sur le dit composant. Dans tous les cas, ces codes

en tout genre seront presque la  seule solution pour diagnostiquer un problème  sans

avoir à remplacer les composants un a un.